13

Entre le Bio de supermarché et le Bio du Biocoop … y-a-t-il une différence ?

… En me posant cette question sur twitter, Caroline de Femin’elles, m’a posé La bonne question ! La réponse est simple : Oui, il y a une différence, il y a même des différences .

Avec Maman sur Terre qui attend aussi je me suis dit que , faire une réponse sur Twitter en 140 caractères, n’était pas une bonne idée , d’où le billet, alors commençons par le commencement, un produit bio … c’est quoi ?

Un produit issu de l’agriculture biologique est soit un produit agricole, soit une denrée alimentaire. Pour mériter cette dénomination, il faut qu’il résulte d’un mode de production agricole exempt de produits chimiques de synthèse.

Les acteurs de la production biologique, et plus particulièrement les agriculteurs biologiques, appliquent des méthodes de travail fondées sur le recyclage des matières organiques naturelles et sur la rotation des cultures. Celles-ci visent à respecter l’équilibre des organismes vivants qui peuplent le sol (bactéries, vers de terre, etc..).

Vous trouverez plus de détail sur le site InfoBio.com

Concrètement, un produit bio est un produit qui répond à un strict cahier des charges, celui est fixé par un organisme certifié exemple AB.

Voir le site AgenceBio


Règle : Un produit BIO avec un label BIO est donc certifié, il ne peut pas être autre chose que BIO !

Historiquement, en France la commercialisation des produits bio se fait dans des petites surfaces, Biocoop, la Vie Claire , Serpent vert, Satoriz, etc. Les produits qui sont disponibles dans les magasins sont tous bio, le plus souvent locaux pour les produits frais. Concernant les produits industrialisés, ils sont « le plus souvent » issus de petites usines qui travaillent des MP bio pour obtenir des produits bio.

Avec l’apparition du commerce équitable et sa branche bio, nous trouvons des produits « toujours certifiés » qui viennent du monde entier mais en quantité limité.

Mais, depuis une dizaines d’années , les grandes surfaces ont mis le cap sur le bio, relayé par les industriels de l’agro-alimentaire, les multinationales se sont lancées à l’assaut du bio (et du commerce équitable)

Dans son hors-série sur le bio et le commerce équitable, Politis démontre comment les choses dérapent sous la pression d’un modèle économique qui a déjà fait preuve de son échec et qui a conduit la planète au bord du gouffre.

La contrainte du groupe commercial est liée au coût de fabrication, en cherchant toujours le plus bas . De plus son modèle de distribution est encore une fois basé sur le moindre coût, tout ça pour obtenir la meilleure marge .

Évidement cette logique est totalement contraire à l’esprit du Bio (et de l’équitable) surtout que la responsabilité sociale des entreprises concernées est loin d’être satisfaisante.

Mais nous pouvons encore penser que le bio de supermarché est encore du bio , puisque certifié par le label !

Toujours pour une question de bas prix (surtout achat) , nous reparlerons de la vente, les distributeurs font leurs courses surtout en Chine. « mais aussi en Afrique , un continent qui souffre de la faim ? »

Alors pour nous rassurer , il faut bien, beaucoup prétendent que les contrôles sont sérieux, que le risque est limité puisque les importations de produits chinois sont limités … et patati et patata, dormez bonnes gens . Mais la vérité est tout autre, depuis quelques années , de plus en plus de produits agricoles Chinois se retrouvent dans vos assiettes. Ils voyagent, frais ou surgelés, ils arrivent en vrac ou déjà conditionnés, prêt à être transformés sans autre forme d’indication.

Nous en trouvons (toujours plus) dans les MDD qui sont très fâcheusement estampillées AB  !

C’est là que ce pose la question de la validité du contrôle et du respect du cahier des charges Bio ?

Je vous invite à faire le test en prenant par exemple:  une poêlé de légumes, puis de chercher la provenance de tous les légumes (bon courage).

C’est comme ça que les distributeurs peuvent produire des produits bio à bas prix … c’est aussi grâce à ça que les distributeurs peuvent se goinfrer en pratiquant des marges scandaleuses.  En moyenne les prix du bio dans les hypers sont plus chers que chez les petits distributeurs « ??? » comme l’explique Politis :

« Racket sur les produits bio

Clairement, les prix du bio en grande distribution sont définis non pas en fonction du prix d’achat (surtout quand les aliments viennent de Chine ou d’Afrique, où ils sont produits à bas coût) mais en fonction du degré d’acceptabilité de prix élevés par une petite partie de la clientèle. »

Au terme de mon petit billet, voici ce que je peux dire. Lorsque je fais mes courses chez un grand distributeurs, je limite mes achats de bio à une analyse de la provenance des produits.

Au moindre doute je n’achète pas, car le bio c’est autre chose qu’un prix … et c’est aussi le prix du respect que l’on donne , du producteur  jusqu’au consommateur final, c’est fondamentale.

En flairant les bons revenus du marché bio les multinationales se contenteront de piller la filière, comme d’habitude , après … il n’y aura pas d’après.

Alors d’après vous le Bio de supermarché … il est comment ?


A très bientôt

Bésitos à toutes et tous


Eric Bloggeur BIO

PS : « LE BIO » C’est notre seule chance !

{lang: 'fr'}

13 Responses to Entre le Bio de supermarché et le Bio du Biocoop … y-a-t-il une différence ?

  1. kiddy dit :

    J’suis d’accord mais malheureusement je trouve que même les produit biocoop se dégradent : présence d’huile de palme, des produits bios qui viennent de loin,etc.
    Même au biocoop, j’suis obligée de regarder d’où viennent les produits et aussi leur fabrication (ingrédients)
    Pour ma part, j’achète dans une petite boutique bio mais même ça ne peut me garantir toujours de la qualité du produit.
    Le mieux serait de se fournir directement chez le producteur, paysan mais c’est pas donner à tout le monde :)

  2. Pingback : Les blogs de la semaine : Mam’zelle Emie, Green Chamade et Mon Mulhouse bio | NEOPLANETE

  3. Zehub dit :

    La réponse à la question se tient en un mot : Éthique ! Le label est le même pour tous, le cahier des charges aussi. Le modèle économique, pas du tout ! J’ai bien peur que les grandes surfaces qui déferlent dans le bio soient à nouveau les fossoyeurs du petit commerce mais cette fois-ci Bio !
    Le bio que je préfère ? celui qui sort de la terre de mon jardin !

    Bon WE !

    • Eric Citoyen dit :

      Nous sommes citadins malheureusement sans jardin, J’ai « des » bacs sur notre balcon , mais cela ne suffit (largement) pas.

      Si le consommateur Bio ne fait pas vivre le petit commerce « bio » qui le fera ?

      Soyons vigilants :-)

  4. Beaucoup de greenwashing. Je préfère acheter local dans la grande majorité des cas.

  5. MFGeek dit :

    Article très intéressant :-)
    Le bio que j’achète à mon supermarché provient de France ou d’Europe, hormis les bananes qui viennent d’Amérique centrale (mais je m’aperçois que je ne sais pas d’où viennent celles que j’achète en Biocoop ou autre boutique bio).
    Je ferai assurément plus attention lors de mes prochaines courses.

  6. OliviaBG dit :

    Dur dur de s’y retrouver en effet, j’ai souvent fait la réflexion à mon mari et mes amis. Le bio de supermarché est souvent astronomiquement cher et du coup la plupart des gens qui ne vont qu’au supermarché considèrent le bio comme trop cher et inabordable. Cela est bien dommage car du coup ces mêmes personnes ne se permettent même pas de s’aventurer chez Sato ou Biocoop… Il faut faire des sacrifices pour correctement manger ! Cultiver ses légumes est possible, avoir qques fruits de son jardin aussi, mais cela devient impossible d’acheter de la viande directement chez le producteur ou trop rarement.. Hélas !!
    Je suis pleine d’espoir, je démarre mon potager cette année et espère pouvoir avoir le plaisir de faire à nouveau goûter de vrais légumes du jardin à mes enfants !! Merci pour ce message fort intéressant !

  7. Eric Citoyen dit :

    Je suis content que ce petit billet puisse faire avancer les choses.