Commentaires fermés sur FERMONS FESSENHEIM – Incidents centrale nucléaire Fessenheim 2009

FERMONS FESSENHEIM – Incidents centrale nucléaire Fessenheim 2009

www.stop-fessenheim.org

Fermons-fessenheim.org

Le 3 octobre 2009, je serai à COLMAR !!

Il y a des gens qui pensent qu’en ALSACE certains déraillent … surtout lorsqu’il s’agit de centrale nucléaire et plus précisément de FESSENHEIM !

Moi, je prétends que : Vivant (pour le moment) à Mulhouse, nous sommes à 30 KM d’une bombe thermonucléaire !

Vous n’êtes pas obligés de me croire  « ?? »

Ceux qui me connaisse savent que mes propos « militants » ne sont pas le fruit de mon imagination, donc je reprends :

Vivant (pour le moment) à Mulhouse, nous sommes à 30 KM d’une bombe thermonucléaire et je le prouve !


Ici est documentée la liste « officielle » des
« incidents » de la centrale nucléaire de Fessenheim, publiée par EDF. Il
est toujours difficile de dire si ces incidents sont significatifs,
voir dangereux, et ce d’autant plus que leur explication sémantique est
entre les mains de l’exploitant et de son service de la communication.
Ceux-ci ont montré, à maintes reprises, leurs capacités à retenir
l’information. On ne peut donc que regretter l’absence d’une autorité
de sûreté nucléaire objective et indépendante. La pléthore de ces
« incidents », de moindre importance, donne souvent l’impression qu’ils
sont rendus public « honnêtement » pour cacher des problèmes plus graves.

N° 467 – 8 janvier 2009
2 incidents
Ecarts d’exploitation

Cette semaine la centrale a déclaré à l’Autorité de Sûreté nucléaire
deux écarts, sans conséquence pour la sûreté des installations. La
réalisation d’un essai réglementaire sur un dispositif de secours
électrique entraîne l’indisponibilité d’une pompe de secours durant 3
mn. Cette indisponibilité, nécessaire à la réalisation de l’essai,
n’était pas clairement identifiée dans nos règles d’exploitation, qui
demandent de faire le test. Une procédure est en cours auprès de
l’Autorité de Sûreté Nucléaire, pour mettre à jour le référentiel de
sûreté. Par ailleurs, suite à un défaut sur un enregistreur de données,
situé en salle des machines, les techniciens ont réinitialisé
l’appareil, provoquant l’indisponibilité du capteur* auquel
l’enregistreur était relié, durant 6 mn. Ces écarts ont été déclarés au
niveau 0, en-dessous de l’échelle INES graduée de 1 à 7.
* Ce capteur est l’un des moyens de mesure du débit d’alimentation en vapeur du groupe turbo-alternateur

N° 468 – 15 janvier 2009
2 incidents
Ecarts d’exploitation

Cette semaine la centrale a déclaré deux écarts aux règles
d’exploitation. Le premier concerne un défaut de balisage : un des
trois accès d’un local n’était pas identifié au bon niveau de
radioprotection. Dès détection de l’écart, l’accès a été condamné par
un cadenas et balisé avec le trisecteur approprié, conformément aux
règles de radioprotection. Après vérification, aucun intervenant
n’avait pénétré dans le local par cette entrée, les autres accès étant
correctement balisés.

Le second, lors d’un essai de manoeuvrabilité de vannes sur un circuit
de secours situé en partie nucléaire de l’installation, la température
de l’eau est descendue en-dessous du seuil requis (60°C pour 64°C
requis) durant 45 mn. A l’origine, un robinet légèrement inétanche qui
a été immédiatement remis en conformité. Ces écarts qui n’ont eu aucune
conséquence, ont été déclarés à l’Autorité de Sûreté Nucléaire au
niveau 0, en-dessous de l’échelle INES graduée de 1 à 7.

N° 470 – 29 janvier 2009
1 incident
Ecart d’exploitation

Un essai périodique de vérification du débit d’arrivée d’eau brute dans
un réfrigérant d’un circuit auxiliaire a été dépassé de quelques jours.
Dès détection de l’écart, l’essai a été réalisé. Il est satisfaisant.
Cet écart, sans conséquence pour la sûreté des installations, a été
déclaré à l’Autorité de Sûreté Nucléaire au niveau 0, en-dessous de
l’échelle INES graduée de 1 à 7.

N° 472 – 12 février 2009
1 incident
Ecart d’exploitation

La semaine dernière, un essai sur un des automatismes situé dans les
locaux électriques, a légèrement dépassé la périodicité requise par les
règles d’exploitation. Dès détection de l’écart, l’essai a été réalisé
et s’est avéré satisfaisant. Cet écart, sans conséquence sur la sûreté
des installations, a été déclaré à l’Autorité de Sûreté Nucléaire au
niveau 0, en-dessous de l’échelle INES graduée de 1 à 7.

N° 475 – 5 mars 2009
Unité de production n°1 : 2 incidents

Maintenance sur un clapet de l’unité n°1
L’unité de production n°1 a été mise à l’arrêt samedi 28 février, suite
à la détection d’une inétanchéité sur le joint d’un clapet du circuit
secondaire (partie non nucléaire de l’installation).
L’intervention sur le clapet est en préparation. Un dossier est en
cours d’instruction avec l’ingénierie nationale d’EDF pour déterminer
les procédés techniques de réparation qui seront mis en oeuvre.

Lors des opérations de mise à l’arrêt, un défaut sur une pompe
d’alimentation en eau des générateurs de vapeur a entraîné l’arrêt
automatique du réacteur. La remise en conformité de cette pompe est en
cours. Conformément à nos règles d’exploitation, l’arrêt automatique du
réacteur et l’inétanchéité du clapet, sans conséquence pour la sûreté
des installations et la sécurité des intervenants, ont été déclarés
tous deux à l’Autorité de Sûreté Nucléaire au niveau 0, en dessous de
l’échelle INES graduée de 1 à 7.

N° 478 – 26 mars 2009
Unité de production n°1 : 1 incident
Ecart d’exploitation

Suite à la maintenance préventive d’un ventilateur, situé en partie
nucléaire de l’installation, le serrage insuffisant d’un écrou a
déclenché une alarme en salle de commande. Conformément à nos
procédures, les opérateurs ont arrêté la ventilation. Le débit d’air du
local est alors passé en-dessous de la valeur requise. Le ventilateur a
été immédiatement remis en conformité. L’écart, sans conséquence pour
la sûreté des installations, a été déclaré à l’Autorité de Sûreté
Nucléaire au niveau 0, en-dessous de l’échelle INES graduée de 1 à 7.

N° 479 – 2 avril 2009
2 Ecarts d’exploitation

Cette semaine la centrale a déclaré deux écarts à l’Autorité de Sûreté
Nucléaire : d’une part, le dépassement du délai de réparation d’un
groupe de climatiseurs situé dans les locaux électriques ; d’autre
part, suite à un essai périodique, la mise hors service durant quelques
minutes, d’un des automatismes de protection du réacteur. Ces écarts,
sans conséquence pour la sûreté des installations, ont été déclarés au
niveau 0, en dessous de l’échelle INES graduée de 1 à 7.

N° 487 – 28 mai 2009
Ecart d’exploitation

Régulièrement, un appoint d’eau est effectué dans le reservoir d’acide
borique pour compenser le phénomène naturel d’évaporation. La semaine
dernière, suite à un appoint d’eau, la concentration en bore du
réservoir de l’unité de production n°1 est passée légèrement en-dessous
du seuil requis. Cet écart, qui n’a eu aucune conséquence sur la sûreté
des installations, a été déclaré au niveau 0, en-dessous de l’échelle
INES graduée de 1 à 7.
* Le bore a la propriété d’absorber les neutrons et donc de maîtriser la réaction en chaîne

N° 488 – 4 juin 2009
Ecart d’exploitation

L’arrêt de l’unité de production n°2 pour renouvellement du combustible
et maintenance est en cours. Cette semaine, se sont déroulées les
opérations qui consistent à refroidir progressivement le réacteur ainsi
que les opérations de purification du circuit primaire qui permettront
aux intervenants de travailler en toute sécurité. Lors de l’essai de
renvoi de tension réalisé la semaine dernière (voir Sit’infos n°487),
un disjoncteur défectueux a conduit au démarrage d’un des deux diesels
de secours. Cet écart, sans conséquence pour la sûreté des
installations, a été déclaré au niveau 0, en-dessous de l’échelle INES
graduée de 1 à 7.

N° 489 – 11 juin 2009
2 Ecarts d’exploitation

Cette semaine, un clapet du circuit non nucléaire a été ouvert pour
intervention alors que les conditions techniques ne le permettaient
pas. Dès détection de l’écart, le clapet a été immédiatement refermé.
Par ailleurs, un essai périodique de certaines alarmes de capteurs de
surveillance utilisés lorsque le réacteur fonctionne à très faible
puissance s’est avéré satisfaisant. Comme toujours, les techniciens ont
réalisé une analyse a posteriori. Lors de cette analyse ils se sont
aperçus qu’un essai similaire aurait dû être réalisé lors du précédent
arrêt et qu’il n’avait pas été programmé. Ces écarts, sans conséquence
pour la sûreté des installations, ont été déclarés au niveau 0,
en-dessous de l’échelle INES graduée de 1 à 7.

N° 492 – 2 juillet 2009
2 Ecarts d’exploitation

Cette semaine la centrale a déclaré un écart de radioprotection. En
partie nucléaire, un emballage contenant des déchets faiblement
radioactifs était provisoirement déposé dans une zone sans le balisage
approprié. Dès la détection de l’écart, l’emballage a été transféré
dans le local de traitement des déchets. Cet écart à la radioprotection
n’a eu aucune conséquence ni sur la santé des intervenants, ni sur
l’environnement. Il a été déclaré à l’Autorité de Sûreté Nucléaire au
niveau 0, en-dessous de l’échelle INES graduée de 1 à 7. Lors d’un
contrôle, les techniciens chimistes ont détecté une teneur en oxygène
supérieure à la valeur requise dans un réservoir contenant des
effluents radioactifs. Cet écart, sans conséquence sur la sûreté des
installations, a été déclaré à l’Autorité de Sûreté Nucléaire, au
niveau 0, endessous de l’échelle INES graduée de 1 à 7.

N° 493 – 9 juillet 2009
3 Ecarts d’exploitation

Cette semaine, la centrale a déclaré trois écarts à nos règles
d’exploitation. Deux d’entre eux concernent le démarrage intempestif de
matériels de secours lors des essais de bon fonctionnement des
automatismes : le premier concerne un des diesels de secours situé en
partie non nucléaire, le second, une pompe d’un des systèmes de
sauvegarde situé en partie nucléaire. Par ailleurs, lors d’une
intervention dans un local du bâtiment des auxiliaires nucléaires,
commun aux deux unités de production, un technicien s’est trompé de
robinet. Ces écarts, sans conséquence sur la sûreté des installations,
ont été déclarés à l’Autorité de Sûreté Nucléaire, au niveau 0,
en-dessous de l’échelle INES graduée de 1 à 7.

N° 494 – 16 juillet 2009
2 Ecarts d’exploitation

Cette semaine la centrale a déclaré deux écarts à l’Autorité de Sûreté
Nucléaire. Lors de l’ouverture d’une trémie de passage de câbles située
dans les locaux électriques de l’unité de production n°1, un
intervenant a sectionné un câble de 125 V, coupant l’alimentation du
transformateur auxiliaire de secours. Le câble a été immédiatement
réparé. Par ailleurs, suite à la détection sur plusieurs sites du Parc
Nucléaire d’EDF d’un mélange de graisses utilisées pour la maintenance
des servomoteurs de vannes, la centrale nucléaire de Fessenheim a
contrôlé l’ensemble des matériels concernés. Trois servomoteurs de
vannes sur 60 présentaient un mélange de graisses inadaptées. Ils ont
aussitôt été remis en conformité. Ces écarts, sans conséquence pour la
sûreté des installations, ont été déclarés au niveau 0, en-dessous de
l’échelle INES graduée de 1 à 7.

N° 495 – 23 juillet 2009
3 Ecarts d’exploitation

Cette semaine la centrale a déclaré trois écarts à l’Autorité de Sûreté
Nucléaire. Deux d’entre eux relèvent d’une non-conformité aux exigences
techniques requises : la première concerne deux capteurs de niveaux de
la réserve de fuel des diesels de secours, la seconde des relais
électromagnétiques situés dans les locaux électriques. Par ailleurs,
lors d’un essai périodique, le diesel de secours a démarré
intempestivement. Ces écarts, sans conséquence pour la sûreté des
installations, ont été déclarés au niveau 0, en-dessous de l’échelle
INES graduée de 1 à 7.

Poursuite de l’arrêt pour renouvellement du combustible de l’unité de production n°2

Comme à chaque arrêt, les faisceaux tubulaires des trois générateurs de
vapeur ont été contrôlés par Courant de Foucault conformément aux
programmes de maintenance. Néanmoins, suite à la détection d’un défaut
sur un tube de générateur de vapeur de la centrale nucléaire de Bugey
(Ain), l’Autorité de Sûreté Nucléaire a demandé aux sites fonctionnant
avec des matériels fabriqués dans le même alliage, de procéder à titre
conservatoire, à l’expertise métallurgique des faisceaux tubulaires de
leurs générateurs (voir explications ci-contre). La central nucléaire
de Fessenheim, comme d’autres sites, est concernée. Après plusieurs
jours d’analyses du dossier en collaboration avec l’ingénierie
nationale, les techniciens de la centrale et les experts d’AREVA vont
extraire dès la fin de la semaine trois tubes dans un des générateurs.
Les équipes d’AREVA et l’outillage nécessaire ont d’ores et déjà été
dépêchés sur place. L’intervention, qui implique la vidange et
l’ouverture du générateur de vapeur, nécessitera plusieurs jours.

N° 496 – 30 juillet 2009
2 Ecarts d’exploitation

A l’occasion des opérations de maintenance, des contrôles de conformité
effectués sur des robinets de type Kérotest, ont permis de mettre en
évidence une absence de goupille de blocage sur certains robinets.
Immédiatement une remise en conformité a été faite.
Dans le cadre des vérifications périodiques des matériels, la methode
d’essai de chaufferettes de secours sur un circuit s’est révélée
incomplète. L’essai réalisé avec une procédure adaptée n’a pas révélé
d’écart.
Ces écarts, sans conséquence pour la sûreté des installations, ont été
déclarés au niveau 0, en-dessous de l’échelle INES graduée de 1 à 7.

N° 497 – 6 août 2009

Poursuite de l’arrêt pour renouvellement du combustible et maintenance de l’unité de production n°2

Les opérations de maintenance se poursuivent dans le cadre de l’arrêt
pour renouvellement du combustible de l’unité de production n°2 avec le
contrôle à titre préventif de tubes d’un générateur de vapeur (cf
Sit’Infos n° 495 du 23 juillet 2009).
Conformément au planning prévu, trois tubes, parmi les 3 388 que compte
un générateur de vapeur, ont été extraits la semaine dernière ; leur
expertise par des procédés industriels pointus est en cours dans
plusieurs laboratoires spécialisés d’EDF et de ses partenaires
industriels. Ces expertises métallurgiques et l’analyse des résultats
se dérouleront durant les semaines à venir.
Les opérations de redémarrage de l’unité de production n° 2 pourront reprendre quand les analyses seront finalisées.
Ces investigations complémentaires à notre programme de contrôle
habituel ont été décidées dans le cadre des expertises menées
actuellement sur un générateur de vapeur de la centrale nucléaire du
Bugey dans l’Ain.

N° 498 – 13 août 2009

Poursuite de l’arrêt pour renouvellement du combustible et maintenance de l’unité de production n°2

Les opérations de maintenance se poursuivent dans le cadre de l’arrêt
pour renouvellement du combustible de l’unité de production n°2.
L’expertise des tubes d’un générateur de vapeur est toujours en cours
par les services spécialisés d’EDF et par nos partenaires industriels
(cf Sit’Infos n° 495 et 496 des 23 juillet et 6 août 2009).Les
opérations de redémarrage de l’unité de production n° 2 pourront
reprendre dès que les analyses seront finalisées.

Ici la totalité des incidents

Bésitos à toutes et tous

Eric Bloggeur Citoyen


PS : « (VITE) FERMONS FESSENHEIM » C’est notre seule chance !

{lang: 'fr'}

Les commentaires sont fermés.