Commentaires fermés sur Le vin fait baisser les maladies cardiovasculaires … si en plus il est BIO , c'est mieux !

Le vin fait baisser les maladies cardiovasculaires … si en plus il est BIO , c'est mieux !

Avec un bon repas , croquettes de poissons au safran (maison) purée de choux-fleurs , un bon vin BIO !


Incroyable !!!

C’est sur le blog de mon ami NICOLAS J que j’apprends une information de la toute première importance à propos du vin et du bénéfice qu’il apporte à la sécurité sociale. ICI


Chez nous le vin que nous buvons et quasiment toujours Bio … mais un vin Bio , c’est quoi ???


Après plusieurs recherches, j’ai trouvé un descriptif complet qui résume bien le produit :


 » Un vent de pureté
      souffle sur les vignobles  » :
      de plus en plus de vignerons bannissent engrais et désherbants

   

   
   

Les militants de l’excellence

   

L’agriculture biologique, un signe
      de qualité.

   

Le regard sur la viticulture bio a changé. On est
      loin désormais des rebelles marginaux et autres soixante-huitards
      et de ses balbutiements dans les années 70, qu’elle traîna
      longtemps…..
      Aujourd’hui, les vins typés, reflets fidèles de leur
      terroir, que favorise la bio, tutoient régulièrement les sommets
      et en sont devenus des modèles pour les maisons en quête d’excellence
      œnologique. Des vignobles comme Romanée Conti en Bourgogne,
      la pratiquent d’ailleurs depuis longtemps sans en faire état.
   

   

Différentes viticultures
      « bio »

   

A : La viticulture raisonnée.
      L’objectif est de limiter les interventions en choisissant le bon
      moment, en limitant les molécules utilisées à celles
      les plus écologiques et en réduisant les doses. On peut utiliser
      tous les produits autorisés sur le marché.
      
      B : La viticulture biologique.
      Aucune molécule chimique de synthèse ne peut être utilisée,
      l’objectif est de favoriser un équilibre entre les différentes
      maladies et les différents insectes présents dans les vignobles.
      
      C : La viticulture biodynamique.
      En plus des notions liées à la viticulture biologique, l’idée
      est de dynamiser la vigne en l’aidant à résister par
      elle-même aux agressions extérieures (maladies, insectes et
      produits épandus dans le voisinage) à l’aide de produits
      naturels utilisés à doses homéopathiques, tels que
      l’ortie, la prêle, certaines préparations adaptées,
      en choisissant les bonnes dates pour chaque opération de la vigne.

   

La viticulture biodynamique
      a pour but de redonner vie au sol afin que celui-ci puisse être le
      support vivant de la vigne. La vigne peut ainsi faire plonger ses racines
      profondément pour y trouver un environnement plus propice à
      son développement, eau, sels minéraux, oligo-éléments.
      
      D : Calendrier.
      Un calendrier issu des recherches effectué par Maria et Matthias
      Thun depuis 50 ans, regroupe par mois les jours favorables pour les travaux
      agricoles.
      
      Les jours favorables sont regroupés en 4 catégories.
      Les jours feuilles
      Les jours fruits
      Les jours fleurs
      Les jours racines

   

Ces jours favorables ont été calculés
      en fonction de la position des planètes.

   

      Une certification rigoureuse.

   

Un cahier des charges précis, harmonisé au
      plan Européen.

   

« Les vignes doivent être
      cultivées selon les critères de l’agriculture bio :
      Sans ajout de produits chimiques, ni pesticides, ni insecticides. Le travail
      mécanique de la vigne doit
      être privilégié au maximum, là où la viticulture
      conventionnelle pratique le traitement chimique systématique »
      « Les aliments doivent être composés de plus de 95% d’ingrédients
      issus du mode de production biologique »

   

Une procédure de qualification stricte par la norme
      E N 45011 et agrément COFRAC, trois organismes certificateurs – ECOCERT
      – QUALITE France – ASCERT – ont été certifiés
      par la Commission Nationale des Labels. Leur agrément est renouvelé
      tous les trois ans, par un audit approfondi.

   

Extrait de : La folie
      des vins bio. Par Eric Conan

   

« Encore minoritaire, le
      vignoble biologique suscite pourtant un engouement croissant et remet en
      question l’ensemble du marché du vin. Une voie d’avenir
      ? »
      « L’édition 2005 de l’ association – La Dive Bouteille-
      qui ne présente que des vins libérés de tous pesticides
      , fongicides, insecticides et autres engrais chimiques a marqué un
      tournant cette année là…… La Dive Bouteille a
      reçu la très symbolique visite de René Renou, président
      de l’Institut National des Appellations d’Origine ( INAO) venu
      dire à ces fortes têtes pas toujours très bien vues
      dans leurs appellations qu’ils « avaient raison sur le fond
      » et qu’ils représentaient « l’avenir des
      vins de terroir ». « René Renou c’est le président
      qui a eu le courage de dire publiquement que le système des AOC avait
      été perverti, et que beaucoup de vins méritaient d’être
      déclassés. »
      « Le voilà donc, faisant le voyage de Montsoreau, pour confirmer
      ce paradoxe : les vins bio sont aujourd’hui souvent les plus proches
      de ce qu’étaient en 1935 les vins AOC lors de leur création.
      A l’époque, en effet, tous les vignerons, travaillant sans
      désherbants et sans engrais chimiques, étaient « bio
      » !!!!
      « Depuis les vignobles se sont majoritairement convertis à
      l’agrochimie dans les années 50 – engrais de synthèse-
      et 60 – désherbants et traitements – s’éloignant
      des – usages locaux, loyaux et constants – prescrits par la
      législation de 1935 et dévoyant la notion AOC par l’uniformisation
      et les excès en matière de rendement, lesquels ont doublé
      depuis 1970 (les dérives sont telles, explique un expert de l’INAO,
      que beaucoup d’AOC ne respectent même plus leurs seuils de rendement
      légaux.)
      « 1500 exploitants sur moins de 1,5% de la surface du vignoble, de
      plus en plus de jeunes se convertissent et s’ils ne font pas fortune
      ils n’ont aucun problème pour vendre leur vin. »
      « La France est au troisième rang mondial pour l’utilisation
      des pesticides et 20 % de ces produits sont répandus dans les vignes,
      qui représentent moins de 5% de la surface agricole ».
      « Et pour que la consécration soit complète, le vin
      bio a fait son entrée sur la carte des vins de « l’avisé
      » Alain Ducasse »

   


      « Le film Mondovino et sa pédagogie un peu sommaire, mais efficace,
      opposant vins fins de terroir et vins technologiques ont parachevé
      cette reconnaissance »
      « Celle-ci s’explique par une métamorphose : la nouvelle
      génération ne s’est pas mise au –bio- pour faire
      des vins – écolos- mais pour faire de bons vins »
      « – vin bio- vin nature- vin vivant- etc….les définitions
      les plus justes restent celles – de vin authentique- proposée
      par Pierre Paillard et de –vin propre- avancée par René
      Mosse, l’un des maîtres de l’Anjou bio. »

   

« Il faut surtout deux
      conditions : Un bon terroir et un vigneron talentueux »

   

Qualités des produits
      bio

   

A ce jour, la production biologique répond à
      une logique de moyens et non de résultats. Néanmoins plusieurs
      études (QC) ont mis en évidence une qualité supérieure
      des produits biologiques sur les points suivants :
      * teneur en nitrates et en pesticides nettement réduite.
      * valeur nutritionnelle supérieure.
      * teneur en eau plus faible.
      * teneur en matière sèche plus forte.
      * meilleur équilibre entre éléments minéraux
      et en oligo-éléments.
      Récoltés à maturité, les produits bio ont une
      qualité organoleptique (goût, odeur, texture) différente
      des produits standards.
      L’évaluation de cette qualité peut toujours être
      discutée, mais les tests (ECOCERT) rapportés, font état
      d’une qualité organoleptique supérieure.

   

Un vin AOC a un goût particulier lié à
      l’expression d’un terroir, d’un sol et d’un climat.
      Il peut être renforcé par une culture biodynamique et éviter
      tout produit chimique de synthèse.
      • aucun engrais chimique
      • aucun désherbant
      • aucun produit chimique de synthèse
      • aucun traitement systémique
      • aucune levure aromatique
      • pas d’ajout de levure exogène
      • interdiction « d’enzymer » les moûts
      • pas de concentrateur par osmose inverse
      • pas de cryoextraction
      • pas de passage au froid
      • pas de dé- acidification ni de ré- acidification
      • pas d’adjonction d’acide ascorbique, ni de sorbate de
      potassium
      • pas de chaptalisation
      Tous les vignerons qui ont adopté cette charte auront des vins authentiques
      et inimitables.

La sources ici


Voilà, vous en savez beaucoup plus mais il reste une question en suspend, le vin Bio est-ce cher ?

D’après mes calculs et nos pratiques, je peux vous confirmer que les vins Bio sont aux mêmes prix que les non-bio et dans toutes les gammes … comme vous n’êtes pas obligés de me croire, je vous le prouverai très rapidement.

Bésitos à toutes et tous


Eric Bloggeur BIO

PS : « MANGEZ BIO » C’est notre seule chance !


A découvrir :

Buzzecolo.com  pour faire buzzer l’écologie

{lang: 'fr'}

0 Responses to Le vin fait baisser les maladies cardiovasculaires … si en plus il est BIO , c'est mieux !

  1. Pingback : persee

  2. Pingback : eric citoyen

  3. Pingback : Nicolas

  4. Pingback : *Nouillette*

  5. Pingback : eric citoyen