Commentaires fermés sur STOP AUX NOUVEAUX OGM CACHÉS !

STOP AUX NOUVEAUX OGM CACHÉS !

Vous avez aimé, les anciens OGM … vous allez adorer les nouveaux OGM : les NTB (New Breeding Techniques)  !

Un OGM c’est quoi ?

Une plante qui a été par manipulations génétiques rendu « soit-disant » insensible à certaines maladies, prédateurs et autres parasites.

Petit problème, pour que l’OGM pousse, il lui faut des tonnes de produits chimiques que vous devez acheter chez le producteur, d’OGM !

En plus, « effet combo » l’impact de l’OGM sur la santé de celui qui le mange n’est pas positif, comme le confirme l’enquête sur les OGM du professeur Gilles-Eric Séralini.

Depuis, un semblant de législation a été appliquée en Europe et en France, mais cela concerne plus la culture que la consommation des OGM par les citoyens, car la quasi totalité des animaux d’élevage en France en mangent (sauf en BIO).

De plus, on trouve directement d’OGM dans beaucoup de produits industrialisés.

Vous le voyez, ils sont déjà non cachés sont déjà présent dans l’alimentation.

Banane OGM

Alors pourquoi déployer des OGM cachés ?

Parce qu’ils ne sont pas concernés par la législation !

Parce qu’ils ne s’appellent plus des OGM mais des NBT (New Breeding Techniques) !

C’est quoi des NBT  (New Breeding Techniques) ?

Les New Breeding Techniques actuellement développées consistent à :
1 – Insérer artificiellement dans des cellules de plantes du matériel biologique (séquences génétiques et/ou protéines) destiné à provoquer des modifications génétiques.
2 – Insérer dans des cellules de plantes un transgène venant de la même famille de plante.
3 – Insérer dans des cellules de plantes un transgène destiné à modifier certains de leurs gènes, puis à éliminer ce transgène tout en gardant les nouveaux traits génétiques intentionnels et non intentionnels qu’il a permis d’acquérir.
4 – Greffer sur une plante transgénique une autre plante qui ne l’est pas, mais qui recevra l’ensemble des composants génétiques et chimiques transportés par la sève du porte-greffe l’organisme génétiquement modifié.
Comme les OGM transgéniques, les premières de ces plantes sont tolérantes à des herbicides. Leur culture augmenterait nécessairement la présence de résidus de ces pesticides dans les sols, dans l’eau et dans notre alimentation.

Vous comprenez bien qu’il s’agit d’un détournement de la loi, une sorte d’organisme génétiquement modifié offshore à la mode PANAMAPAPERS .

Ok, mais on fait quoi ?

C’est maintenant qu’il faut agir dans chaque pays, auprès de chaque gouvernement, des parlementaires européens et de la Commission afin :
Que la réglementation des organismes génétiquement modifiés s’applique à tous les nouveaux OGM.
Que leur évaluation soit renforcée et débarrassée des scientifiques liés à l’industrie.
Que les produits issus d’animaux ayant consommé des OGM soient étiquetés.
Et pour l’interdiction de tout brevet sur les plantes, les animaux, leurs parties ou leurs composantes génétiques.

OGM NON MERCI

Liens pour en savoir plus :

 

Confédération paysanne toujours en pointe sur le sujet.

Yves Bertheau, directeur de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA)dénonce une procédure « détournée » .
{lang: 'fr'}

Les commentaires sont fermés.